L’exercice du pouvoir lors des crises « sans ennemi »